Arnaud

Grand Bereby
J’ai eu pour habitude d’aller dans les périphéries d’Abidjan (Assinie, Bassam, Jacqueville…) pour changer d’air mais surtout me ressourcer à travers mon élément préféré “l’eau”; En effet, j’ai une relation assez particulière avec l’eau de mer qui m’apaise et me régénère, ne vous emballez pas je ne suis pas la future Mami Water (Wata), très loin de là mais presque (lol). Depuis ma tendre enfance, j’ai souvent entendu parlée de la région de Sassandra, du bas Sassandra (Grand Bereby, baie des sirènes, San Pedro…), Monogaga etc… mais je n’ai jamais eu l’occasion d’y aller. J’ai donc remédié à cela plus de 30 ans après; Grâce à Air Côte d’Ivoire vous avez la possibilité de vous rendre à San Pedro en 45 min de vol, une fois à San pedro vu que nous avions booké avec l’hôtel une voiture de location avec Chauffeur, ce dernier nous attendait et nous a conduit jusqu’à notre hôtel de Grand Bereby. le coût du trajet était de 20 000 fcfa.
Monsieur Elysée de son prénom était vraiment gentil, professionnel et maîtrise très bien la région, nous avons fait appel à lui plusieurs fois pendant notre séjour.
Ayant pris le vol de 16 h qui a eu plus d’une heure de retard ( merci Air Côte d’Ivoire) nous sommes arrivés (trajet de voiture compris) aux alentours de 20 h à l’hôtel (Faut compter environ 2 h de trajet de voiture entre San Pedro et Grand Bereby), heureusement que nous étions avec Mr Elysée car la route n’est pas fluide( quelques trous ) et souvent pas éclairée. Nous sommes donc arrivés de nuit au Katoum, qui est un hôtel très charmant, plutôt rustique et convivial.
Salle de restauration
L’Hôtel ne dispose que de 16 chambres ce qui est vraiment parfait pour un séjour paisible ( pas beaucoup de monde). De nuit, il m’était très difficile d’apprécier le paysage, je n’avais qu’une hâte vite dodo et voir ce que le lendemain me réservait…
Chambre
Et je peux vous dire que ça en vallait largement la peine, admirez moi cette vue: A couper le souffle, voilà ceux à quoi j’ai eu droit tout mon séjour et bien plus encore. La mer de Grand Bereby est juste magnifique, je ne me lassais pas de ce paysage rocheux, ce mélange de Flore et mer était très impressionant. Vu que la plage relie le Katoum à la baie des sirènes, nous avons longé celle-ci en passant par le village des pêcheurs Ghanéens; C’était une balade un peu physique vu qu’on devait escalader quelques rôchers mais elle permet d’explorer les environs et admirer ce magnifique paysage. La Baie des sirènes est un très bel hôtel, de très belle architecture, mon seul bémol que j’ai retenu et qui n’a fait que consolider mon choix d’hôtel, c est le monde et surtout le bruit des enfants. C’est un hôtel plus familial et moins paisible. FOOD Je n’ai malheureusement pas pu tester leur carte durant mon séjour car on mangeait déjà tellement bien au Katoum que je me suis contentée de leur cuisine; En effet, j’ai fais le plein de fruits de mer, le produit brut ne coûtant vraiment pas cher dans cette région, vous avez la chance de pouvoir déguster de grosses langoustes pour peu. Les plats que j’ai testé sont:
  • Le tartare de thon rouge
  • Le carpaccio de Poisson
  • Les langoustes grillées
  • La plancha de fruits de mer( poisson, langoustes, gambas…)
  • Le poisson braisé
  • Et mon coup de coeur le Kedjenou de langouste
En moyenne les plats sont à moins de 14 000 Fcfa et ils sont délicieux, le poisson est super frais, on a presque l’impression qu’il vient de sauter de la mer à l’assiette. J’ai également testé la formule American petit dej, très/ trop copieuse, et plutôt bonne. ACTIVITES En terme d’activité le Katoum a de quoi vous distraire, de la farniente au bord de la piscine, des massages, des excursions, des visites de la région, de la pêche etc… Nous avons opté pour:
  • La visite des piscines Naturelles
À 30 min en voiture après le village de mani, qui soit dit en passage possède de magnifique plage avec une mer d’un bleu si prononcé qui ne suscite en soit que de l’admiration, Après ce village donc, se trouve le Tabaoulé lodge qui est un ecolodge proposant des châlets à 65 000 Fcfa la nuit ou des chambres sans clim à 30 000 FCfa la nuit, la déco est plutôt simpliste mais il y fait bon vivre. Le lodge a une carte très basique mais surtout un peu chère pour ce qui est proposé. Après s’être baignés dans la piscine naturelle et la mer ( beaucoup agitée mais magnifique) nous avons dégusté un bon poulet braisé avec de l’alloco, et des frites avec une vue magnifique. Il n’y avait personne sur la plage c’est ce qui était le plus magique durant ce séjour, j’avais l’impression d’avoir privatisé la plage, zéro bruit, Zéro touriste, zéro déchet je dis bien ZERO DECHET, que se soit sur la plage ou dans la mer, je félicite la population de Grand Bereby qui prouve que cela est possible est qu il faut juste avoir un « minimum » d’éducation. A Tabaoulé, vous avez la possibilité de visiter, la ferme, le verger mais aussi le grand Fromager se trouvant sur un rocher, le guide nous a expliqué que c’était d’antan un autel ou ces ancêtre faisait des sacrifices, infos ou intox nous ne le saurons jamais mais celà lui confère un aspect mystique.
  • La balade sur le lac Nero et la visite des singes sauvages
Cette balade se fait à bord d’un canoe kayak, pas très rassurant tout ça, mais notre guide a su me rassurer; Nous avons longer le lac jusqu’au sanctuaire des singes où nous nous sommes arrêtés pour les nourrir; Je n’ai jamais été aussi proche de singes sauvages de toute ma vie et c’était une expérience magique! Conclusion: Il m’a été très difficile de quitter Grand Bereby, car ceux qui me connaissent savent que j’ai horreur de la saleté, des déchets, des mers polluées etc…qui me frustrent énormement, et là il n’y avait rien à dire juste apprécié le moment; J’ai tellement peur qu’ils finissent la côtière et que les “idiots” viennent également dénaturer ce PARADIS… en tout cas, j’ai passé un moment mémorable; J’ai laissé mon coeur à Grand Bereby et je n ai qu’une hâte le retrouver.
6 mai 2019 / by / in , ,
[Ayana] Rencontre avec Flora Coquerel, une pagneuse dans la ville
Digne successeur de Marine Lorphelin, la belle Flora Coquerel a beaucoup évolué depuis son sacre au titre de Miss France 2014. Aujourd’hui, on la retrouve notamment dans le rôle de reporter pour un documentaire “Wax In The City” où elle met en avant le rapport de la jeunesse et des acteurs de la mode africaine avec le wax. Nous l’avons rencontré lors de la projection du film à l’Institut Français d’Abidjan et avons pu lui poser quelques questions.     Flora Coquerel est le fruit d’un métissage dont elle est particulièrement fière et attachée. Son père est français et sa mère béninoise. Le Benin est Son “deuxième chez elle”. C’est d’ailleurs l’une des premières villes africaines qu’elle présente dans le documentaire, réalisé par Élie Seonnet. Quand nous lui avons demandé qu’elle était son rapport avec le wax, elle a répondu:
Quand j’étais petite, je portais des robes en wax pour certaines occasions. Le wax a toujours fait partie de ma vie. Ma mère en portait. Elle en porte toujours. Mes tantes en portent. Quand je devais m’éloigner de ma mère, elle me donnait un de ses pagnes. Avec son odeur, j’avais presque l’impression d’être à la maison.
Mais Flora ne s’est pas cantonnée au Bénin pour le documentaire. Elle est allée à la rencontre de ceux qui utilisent beaucoup le wax, les créateurs africains. Entre Paris, Cotonou, Dakar ou encore Abidjan, au fil de ses échanges avec Youssouf Fofana (Maison Château Rouge), Loza Maléombho, Adama Paris ou Elie Kuame, elle nous plonge dans l’univers du textile et de la mode africaine. Et finalement, le documentaire prend une nouvelle tournure, il ne s’agit plus que du wax. Il s’agit de l’appropriation des textiles africains (bogolan, Faso Dan Fani…) par les africains.  

Extrait du film. Flora en compagnie d’Elie Kuame et de Loza Maleombho, designers ivoiriens

  Faire ce documentaire a permis à Flora de se rapprocher encore plus d’un univers qu’elle affectionne particulièrement. En effet, l’ex-Miss France a toujours rêvé de devenir styliste. Depuis toute petite, elle est attirée par le dessin. Elle nous confie: “Même si je dois me cogner contre un mur, il faut que je réalise au moins ce rêve.   Par ailleurs, quand on lui demande comment elle définirait son style vestimentaire, Flora répond: “Je ne me mets pas de barrière. Je m’habille selon mes humeurs.“ Une manière de concevoir sa manière de se vêtir qui est en total accord avec sa personnalité qu’elle décrirait de “Libre. J’essaie de faire tout ce que je veux.” Un conseil mode que Flora Coquerel donne aux Ayanas: “N’ayez pas peur. Souvent, on a peur de ce que les gens peuvent penser. Mais il ne faut surtout pas qu’on ait peur d’être soi-même. Donc soyez-vous même et ne vous limitez pas.”  

A lire aussi: [Intw] Adama Paris : “ne vois pas tes défauts, mets en avant tes qualités.”

3 mai 2019 / by / in , , ,
[Food] Mini cheesecake au Nutella par Sinaba Food
Cheesecake !!!! Littérairement traduits gâteaux au fromage. Tellement délicieux et d’une texture qui presque fond dans la bouche. Les cheesecakes sont généralement cuits au four et contiennent évidemment du fromage à la crème. Cette fois-ci, j’ai décidé de trouver une nouvelle utilisation pour mon moule à cupcake. Généralement, l’on cherche d’autres recettes par rapport aux ingrédients. Moi, c’était carrément pour mon moule. J’ai trouvé une recette de mini cheesecake au Nutella et j’ai carrément flashé (ou salivé) sur la recette dès que je l’ai vu. Je l’ai évidemment modifié en utilisant du lait concentré sucré au lieu du sucre. Le nutella, pâte à tartiner aux noisettes, ai-je encore besoin de le présenter ? Je ne pense pas, il est apprécié en petite ou grande quantité. Cette recette est simple à réaliser et sans cuisson. Avec le cheesecake normal, il faut faire cuire le gâteau et attendre que ça réfrigère ensuite. Mais là, 40 minutes maximum et vous pourrez savourer ces petits gâteaux bondés de saveurs.

A lire aussi: [Food] Cupcakes au Bissap par Sinaba Food

 

Ingrédients pour 12 mini cheesecakes

Pour la base au biscuit :
  • 150 g de biscuits chocolat crème ou Oreos
  • 45 g de beurre fondu
  • 12 caissettes de cupcake en papier
Pour le cheesecake :
  • 250 g de fromage à la crème (Cream cheese)
  • 200 g de nutella (ou pâte à tartiné aux noisettes)
  • 45 ml (3 c. à s.) de lait concentré sucré
  • 60 ml (4 c. à s.) de crème à fouetter
Pour le ganache au chocolat blanc :
  • 50 g de chocolat blanc
  • 50 g de crème à fouetter tiède
 

Préparation :

Mixer les biscuits ou les casser à l’aide d’un rouleau à pâte dans un sachet de congélation. Mixer avec le beurre.
Mettre les caissettes de cupcake dans le moule et les remplir à 1/3 avec la pâte de biscuit
Utiliser un verre ou cuillère pour bien repartir la pâte à biscuit dans le moule
Fouetter le fromage à la crème, le lait concentré sucré et la crème à fouetter pendant 2 minutes jusqu’à l’obtention d’une pate lisse
Ajouter le nutella et mixer 2 minutes
Remplir 6 caissettes de cupcake jusqu’au top et les 6 autres au 3/4
Mettre le chocolat blanc dans la crème à fouetter tiède, recouvrir et laisser le chocolat fondre 3 mins
Mixer et remplir les mini cheesecakes précédemment remplis au ¾
Mettre au réfrigérateur pendant 3 heures avant de servir ou 30 minutes au congélateur fera l’affaire.
  N’hésitez pas à partager la recette !

A lire aussi: [Food] Verrine Fraise-Mascarpone Cookies par Sinaba Food

 

Sinaba Food est à suivre sur: 

Blog

Facebook

Instagram

 
2 mai 2019 / by / in , , , , , ,
La Case Bleue – Grand Bassam
Située dans la ville historique de Bassam, plus précisément dans le quartier France, la Case Bleue est un petit restaurant Afro/ Européen, très chaleureux; Manger des spécialités de la mer sous des airs de variétés françaises, voilà l’expérience offerte par ce lieu. J’ai énormément aimé la déco, qui fait également la promotion des artistes locaux, comme par exemple ce jour-là l’artiste Stephane Blé dont les tableaux étaient accrochés à chaque mur du restaurant et disponibles à la vente. Côté carte, des fruits de mers, du poisson mais également des spécialités africaines telque des sauces etc… En entrée, j’ai opté pour un carpaccio de poisson, frais et bien assaisonné avec des baies rouges. En plat, un duo de tartare de poisson avec des frites; C’était très frais, la présentation plutôt originale et la sauce tartare qui accompagnait le tout était vraiment bonne. Note:18/20, très belle expérience culinaire et également en terme d’ambiance, le cadre est plutôt dépaysant.
26 avril 2019 / by / in , ,
[Food] Ragoût de plantain au bœuf par Sinaba Food
Cette recette est une version modifiée du « Kondre », plat originaire du Cameroun. Certains ingrédients ont été omis sciemment. Certaines recettes utilisent de l’huile rouge, des feuilles d’odjom, du thé d’anis vert, du djansang (akpi). J’étais un peu réticente pour ajouter le djansang qui a un arome super fort. Je ne voulais pas me rappeler le goût de la sauce foufou.  J’ai voulu réaliser cette recette simplement en me basant sur la recette de ragoût de pommes de terre et celle du kondre. L’épice qui a pris légèrement le dessus dans ce ragoût est le gingembre et il donne un délicieux gout. Une banane parfumée au gingembre qui vaut vraiment le cout d’être essayé. Cette recette fait déjà partie de mes favoris. Je vais en abuser c’est certain surtout que j’adore le plantain. Une nouvelle façon de cuisiner le plantain qui ne déplait pas du tout.  J’ai même déjà proposé à mon frère d’en faire pour lui. Je vous propose la recette pour 2 et vous pouvez multiplier selon le nombre de personnes 😊. Allez, place à ma nouvelle recette favorite !  

A lire aussi: [Food] Les recettes d’un brunch ivoirien par Sinaba

     

Recette pour 2

  • 250 g de viande de bœuf
  • 4 bananes plantains fermes et pas du tout molles
  • 1 grosse tomate
  • 1 gros oignon
  • 5 gousses d’ail
  • 4 feuilles d’oignon vert
  • 5 cm de gingembre
  • 2 brins de persil
  • 1 c. a s de pate de tomate
  • Huile d’olive
  • 1 laurier
  • 500 ml de bouillon de bœuf liquide ou 500ml d’eau et 1 bouillon de cube d’assaisonnement
  • 1 c. à s. de poivre
  • 1 c. à s. de sel
  • 1 piment frais
 

Préparation

 
Écraser oignon, tomate, ail, gingembre, oignon vert, persil
 
Laver la viande de bœuf et la découper en morceaux
 
Faire revenir la viande dans l’huile d’olive pendant 3 minutes et ajouter les légumes écrasés
 
Ajouter la pâte de tomate et laisser mijoter 3 minutes à feu moyen
 
Ajouter sel et poivre
 
Ajouter le bouillon de bœuf (ou l’eau et le bouillon en cube), le laurier et le piment
 
Couper les plantains en quatre et les mettre dans la sauce lorsqu’elle est en ébullition
 
Laisser mijoter 30 minutes à feu moyen
 
Servir et vous pouvez garnir de feuilles d’épinard hachées
   

A lire aussi: [Food] Poitrine de dinde Orange-Aneth par Sinaba Food

   

Sinaba Food est à suivre sur: 

Blog

Facebook

Instagram

26 avril 2019 / by / in , ,
X