Culture

Peinture sur toile à Fakaha – Korhogo

Peinture sur toile à Fakaha – Korhogo

Les peintures sur toile sont originaires du Nord de la Côte d’Ivoire et plus particulièrement  de Fakaha dans la région de korhogo (ville Sénoufo). Ces tissus traditionnels qui exposent les symboliques les plus importantes de l’ethnie sont conçus comme les bogolans.

Ils sont constitués de petites bandelettes de coton (d’une dizaine de centimètres de large) cousues les unes aux autres.

Les motifs ornementaux sont ensuite peints à l’aide de petits bâtonnets de bois de différentes tailles avec des pigments naturels.

 

16 octobre 2018 / by / in
TANOU SAKASSOU – LE VILLAGE DE POTIERS

TANOU SAKASSOU – LE VILLAGE DE POTIERS

FAITES UN TOUR A TANOU SAKASSOU, LE VILLAGE DE POTIERS POUR RAMENEZ UNE ŒUVRE D’ART COMME SOUVENIR LORS DE VOTRE SÉJOUR DANS LA VALLÉE DU BANDAMA.


Au sein du village sont exposées les œuvres de l’artisanat d’art : des pots en terre cuite de toutes tailles. Certaines sont réservées à la décoration, d’autres servent à la cuisine, d’autres encore servent à des rites culturels.

 

Tanou Sakassou, un village de potiers réputé pour sa maîtrise de l’art céramique, sur l’axe Bouaké – M’bahiakro (4 km de de Bouaké).

30 septembre 2018 / by / in
LES FALAISES DE BROBO

LES FALAISES DE BROBO

 

Ville de campagne, Brobo est une localité du centre de la Côte d’Ivoire, située à environ 20 kilomètres de Bouaké. Entourée de terres boisées et agricoles, la commune profile à l’horizon un paysage de savane arboré qui vous transporte loin des flonflons habituels propres aux villes métropolitaines. Au détour d’une piste menant au N’ZI Rivers Lodge, à environs 25 minutes de route, se dresse un spectacle plutôt inattendu et inhabituel : DES FALAISES DANS LE SENS PROPRE DU TERME.

 

Un escarpement en pente forte d’environ 20 mètres de dénivelé surplombant une rivière morne dans un cadre enchanteur vous ouvre paisiblement les bras. S’incrustant brusquement dans le paysage monotone du voyage, elle projette le visiteur dans un cadre digne d’un décor hollywoodien. Une découverte qui pourrait en intéresser certains et pourquoi pas donner des idées aux adeptes et passionnés d’escalade

20 septembre 2018 / by / in ,
Les Colliers de perles de Kapélé

Les Colliers de perles de Kapélé

 

La fabrication des colliers de perles de Kapélé offre un spectacle réellement surprenant, et à voir ces orfèvres de la terre à l’oeuvre, on ne peut s’empêcher de penser que c’est peut-être à sa double vocation d’agriculteur et d’artisan (pour ne pas dire d’artiste) que le Sénoufo doit son génie artisanal, lequel illustre magistralement l’adage populaire selon lequel  » rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme « .

 

 

Comment procèdent donc ces étranges magiciens ? Très simple : on commence par aller recueillir de l’argile à la rivière. Celui-ci est ensuite tamisé puis travaillé avec du beurre de karité pour que la peau n’accroche pas et crée des imperfections sur la perle ainsi modelée.

 

 

On perce les perles obtenues à l’aide d’une tige de bambou, puis on les met à sécher 24 heures avant de les passer au  » four  » (en fait, un trou creusé dans la terre où l’on dépose les perles avant de recouvrir le tout de branchages, une sorte de cuisson  » à l’étouffée « ). Les perles noircies sont alors prêtes à être peintes. Pour la peinture, une fois encore, toutes les couleurs sont dans la nature : le blanc est obtenu à base de kaolin (également utilisé pour obtenir les autres couleurs que l’on fixe à base d’un mélange de sève d’arbre), tandis que le vert se compose de feuilles de kinkalba broyées, et le rouge de jeunes pousses de teck.

 

 

Pour le pinceau, l’artisan utilise de minuscules plumes de pintades qu’il fait glisser sur la surface lisse de la perle plantée sur une épine de porc-épic, à laquelle il imprime un mouvement de toupie après l’avoir préalablement coincée entre ses deux orteils. Le tout est ensuite verni et assemblé en colliers et en bracelets prêts à rejoindre le petit étal de fortune installé sous l’appatam. La taille des perles variera selon le type d’accessoire ou de bijou réalisé : colliers bien sûr, mais aussi porte-clés et autres éléments décoratifs et/ou utilitaires. Il faut environ deux jours pour confectionner un collier.

16 septembre 2018 / by / in
Les Potières de Motiamo – Bondoukou

Les Potières de Motiamo –  Bondoukou

Motiamo, Village à 7 km de Bondoukou où vit le peuple Dêga. Dans cette localité, la vie des habitants semble se confondre avec la poterie. Toutes les femmes de Motiamo sont des potières quelques soit leur âge.

Les hommes quant à eux apportent leur aide en recueillant l’argile qui sert à l’activité. Ces poteries sont vendues le dimanche, jour du marché de Bondoukou. Par ailleurs, Lors des visites des touristes, les potières n’hésitent pas à faire des démonstrations de fabrications d’objets et à commercialiser leurs poteries.

Les poteries de Motiamo sont un savoir-faire millénaire qui mérite d’être préservé.

10 septembre 2018 / by / in ,
X